Les réponses à vos questions

Vous trouverez ci-dessous les réponses de RWE Renouvelables France à quelques questions posées.

Sur l'éolien en général

Pourquoi développer l’éolien ?

En France, l'électricité produite par des énergies renouvelables (hydraulique, éolien, solaire, méthanisation...) complète la production d’électricité des centrales nucléaires et des centrales à combustibles fossiles. Toutes ces énergies composent le bouquet énergétique français. La part des énergies renouvelables devra doubler dans ce bouquet pour atteindre 40 % de la consommation d'électricité d'ici 2030 (objectif de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte). L’énergie éolienne est précieuse, notamment en hiver, quand les besoins électriques pour le chauffage sont importants. À cette saison, les vents sont fréquents et permettent de produire de l’électricité au moment où les foyers en ont le plus besoin. Le surplus de production électrique peut aussi être exporté vers des pays voisins.

 

Comment ça fonctionne, une éolienne ?

Les éoliennes fonctionnent à des vitesses de vent généralement comprises entre 10 et 90 km/h. Un système permet d’orienter la nacelle afin que le rotor soit toujours face au vent. Les pales de l'éolienne captent la force du vent et font tourner un axe (le rotor) de 10 à 25 tours par minute. L'énergie mécanique ainsi créée est transformée en énergie électrique par un générateur situé à l'intérieur de l'éolienne, dans la nacelle. Cette électricité est ensuite convertie pour être injectée dans le réseau électrique par des câbles souterrains.

Pourquoi une éolienne ne tourne pas tout le temps ?

 

Un vent inférieur à 10 km/h est insuffisant pour faire démarrer et tourner une éolienne. À l’inverse, un vent trop fort entraîne l’arrêt de l’éolienne, de manière à éviter tout risque de casse des équipements et minimiser leur usure. Ces arrêts pour cause de vents forts sont peu fréquents en France métropolitaine et sont souvent automatisés : ils ne dépassent pas 10 jours par an.

Quasiment toutes les éoliennes sont installées sur des sites caractérisés par des vitesses de vent en moyenne supérieures à 20 km/h. Les nouvelles éoliennes plus performantes, dites « toilées », peuvent être installées sur des sites avec des vitesses plus faibles. Les améliorations technologiques actuelles et à venir vont permettre de valoriser une plus grande part de la ressource en vent de la France.

 

Une éolienne peut être mise volontairement à l’arrêt pendant de courtes périodes pour réaliser des opérations de maintenance. Cette indisponibilité ne représente que 1,5 % du temps, soit environ 5 jours par an.

echelle éolienne

Est-ce que les éoliennes font du bruit ?

Les éoliennes émettent un bruit de fond, principalement des basses fréquences entre 20 Hz et 100 Hz. Ce bruit est dû à des vibrations mécaniques entre les composants de l’éolienne et au souffle du vent dans les pales. À 500 mètres de distance (distance minimale entre une éolienne et une habitation), il est généralement inférieur à 35 décibels : c’est moins qu’une conversation à voix basse.

Les éoliennes font également l’objet de perfectionnements techniques constants : engrenages de précision silencieux, montage des arbres de transmission sur amortisseurs, capitonnage de la nacelle...Depuis peu, un nouveau système en forme de peigne est installé au bout des pales pour réduire le bruit des éoliennes.  Appelé «   système de serration », il atténue les turbulences du vent à l'arrière des éoliennes, ce qui réduit le bruit aérodynamique.

 

Les éoliennes de Valfroicourt, Rancourt et Remoncourt seront de dernière génération et bénéficieront donc de toutes ces avancées ! De plus, les études acoustiques devront permettre de s’assurer précisément que le parc respectera la réglementation en vigueur, notamment au niveau des habitations les plus proches qui se situeraient ici à environ 650m.

 

 

Pour en savoir plus sur l’éolien, cliquez ici !

Que se passe-t-il en cas de vents violents ?

Une éolienne fonctionne avec des vents compris entre 10 et 90 km/h. Avec les nouvelles générations d’éoliennes, nous pouvons aller chercher des vents de plus faible intensité, ce qui permet d’envisager une production électrique importante sur des territoires variés.Les risques d’arrêt sont donc réduits. En parallèle,les éoliennes sont prévues pour résister à des forces de vents très élevées.En cas de tempête, la procédure de mise en drapeau se met en place et a pour objectif d’arrêter la rotation du rotor, et de placer l’éolienne de manière à éviter la prise au vent. Les éoliennes installées en France sont en capacité de supporter une tempête avec des vents allant jusqu’à 250km/h.

 

Les éoliennes peuvent-t-elles dévier les orages? Peuvent-elles servir de paratonnerre?

Un système de pastilles métalliques en bout de pales reliées à des câbles internes permet à la foudre de parcourir l’éolienne, tout comme les paratonnerres situés sur les églises. A une échelle locale, les éoliennes attirent certainement la foudre, du fait de leur hauteur et de leur composition métallique.

 

Comment les éoliennes peuvent-elles brouiller les ondes de la télévision?

Cela est surtout arrivé lors de la construction des premières éoliennes, car le mouvement des pales peut réfléchir et brouiller certains signaux. Cependant, les parcs éoliens tiennent maintenant beaucoup mieux compte de la localisation des pylônes de télécommunication ce qui permet de réduire les problèmes de transmission. Dans tous les cas, le développeur est tenu de résoudre les problèmes éventuels de transmissions qui pourraient survenir.

Est-ce que les éoliennes sont nocives pour les vaches comme c’est le cas à Nozay?

Une étude a été menée sur les 8 éoliennes installées en2012 à Nozay.Les investigations ont mobilisé des experts de différents domaines, vétérinaire, électrique, électromagnétique et géobiologique. Pour le moment, aucune corrélation entre la présence d’éoliennes et les symptômes constatés chez l’être humain et l’animaln’apu être établie.Les études se poursuivent donc. A noter aussi que de nombreux parcs éoliens sont implantés à proximité d’habitations ou d’exploitations agricoles en France sans générer de difficultés comme celles constatées à Nozay.Ce retour d’expérience a en tout cas mis la filière en alerte sur ce sujet, et les turbiniers sont en attente des conclusions des études à venir.

 

Comment procédez-vous au raccordement ?

Le raccordement se fait directement sur le poste source sur le réseau public.L’énergie électrique produite par les éoliennes est transportée par câble souterrain. Les postes de livraison sont répartis sur le parc et récupèrent l’énergie électrique pour l’élever à une tension de 20 000 V. Ce courant est ensuite réinjecté dans le réseau électrique local et national via le poste source, ici, très probablement à Vittel. La procédure de raccordement au réseau électrique des parcs éoliens est, quant à elle, encadrée par des contraintes réglementaires et techniques.En vue des schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3REnR), nous devons monter un cahier des charges avec les gestionnaires du réseau (principalement ENEDIS et RTE)) afin qu’il soit mis en consultation auprès de différentes autorités. À la suite de cela, le préfet de région dépose un avis final.

Sur les études de faisabilité

étude
étude

Sur le projet éolien des Baumes

Est-il possible de modifier le projet une fois celui-ci déposé ?

Nous sommes en train de finaliser le projet qui sera déposé d’ici la fin de l’année. Une fois celui-ci déposé en Préfecture, il n’est plus possible de modifier la trame d’implantation sauf si c’est une demande des services de l’Etat (déplacement d’une ou plusieurs éoliennes, suppression d’une ou plusieurs éoliennes en raison de contraintes environnementales ou paysagère)

 

Quand le parc sera-t-il construit?

La période d’instruction est assez variable d’un projet à l’autre dans le Grand Est. Le parc visité aujourd’hui a rapidement reçu le permis de construire et mis une dizaine d’années entre les premiers contacts avec les élus et le début des travaux. Un délai supplémentaire peut être entrainé en cas de recours contre le projet. Ensuite, la construction dure un an. Dans le cadre du projet des Baumes, le parc pourra être en fonctionnement, au plus tôt, courant 2024.

 

Qui décide de l’implantation finale?

L’implantation est proposée par RWE Renouvelables France et ensuite validée, ou non,pendant la période d’instruction.Nous proposons la trame qui a le plus de chance d’être acceptée par l’administration et la plus cohérente sur le territoire étudié.
 

 

Quand les mesures d'accompagnement seront-elles mises en place ?

Les mesures compensatoires et d’accompagnement pourront être mises en œuvre à la construction du parc éolien des Baumes, que l’on peut envisager à partir de l’année 2024.

Pouvez-vous directement vous raccorder au réseau d’Enedis ?

Le raccordement des éoliennes se fait via des postes de livraison, qui servent de jonction entre le câblage privé des éoliennes, et le réseau public, généralement géré par ENEDIS. De manière générale, le gestionnaire de réseau se charge de raccorder l’énergie qui arrive aux postes de livraison, jusqu’au poste source disponible le plus proche. Pour le projet des Baumes, c’est le poste de Vittel qui est envisagé. Il peut arriver dans des cas particuliers qu’un poste privé soit créé pour injecter l’électricité directement sur le réseau, mais cela concerne les très gros projets dépassant les dix éoliennes, ce n’est donc pas une solution qui paraît favorable ici.

 

Quels types de machines allez-vous implanter ?

Nous allons implanter 2 types de machines sur le territoire car les enjeux sont différents sur les 3 communes. Les éoliennes de Remoncourt seront proches de la forêt ; nous devons donc implanter des éoliennes avec une garde au sol (distance entre le bout de la pale dans sa position la plus basse et le sol) plus importante afin de prendre en compte les enjeux environnementaux identifiés. Ces éoliennes seront moins puissantes que celles implantées à Valfroicourt et Rancourt car elles auront un rotor plus petit. Cependant toutes les éoliennes auront le même gabarit (hauteur de 200m en bout de pale), qui est celui indiqué dans le dossier déposé. Avec le passage à l’entité RWE, nous ne sommes plus tenus d’installer des éoliennes de type Nordex. Au moment de la construction du parc, nous pourrons donc choisir parmi les différents constructeurs existants pour implanter les éoliennes les plus pertinentes disponibles à cette date (d’une hauteur maximale de 200m en bout de pale) en cohérence avec les enjeux identifiés. La règle en la matière consiste à proposer des éoliennes présentant des impacts similaires ou inférieurs à ceux étudiés dans le dossier de demande d’Autorisation Environnementale.

Sur la période d'instruction

Pouvons-nous avoir accès au dossier au moment de son dépôt ? 

La loi ASAP (loi d'Accélération et de Simplification de l'Action Publique) promulguée à la fin de l’année 2020 nous impose désormais de transmettre le Résumé Non Technique (RNT) du projet aux communes concernées et limitrophes un mois avant le dépôt du dossier. Ce document, qui contient un résumé du projet, de ses enjeux et impacts pour chaque thématique étudiée sera accessible à tous à la mi-juin. De plus, l’ensemble des pièces du dossier sera rendu public au moment de l’enquête publique.

 

Comment l'enquête publique se déroule-t-elle ?

Cette phase essentielle de consultation citoyenne permet à la population de consulter toutes les pièces du dossier du projet, de poser des questions et de donner son avis sur le projet avant la fin de l’instruction du dossier par les services de l’Etat. Un Commissaire-enquêteur indépendant et neutre est désigné par le Tribunal Administratif pour mener l’enquête. Pendant l’enquête, les citoyens peuvent prendre connaissance du dossier, des travaux envisagés et formuler des observations. Au terme de l’enquête publique, le Commissaire-enquêteur émet un avis favorable, favorable avec réserve ou défavorable au vu de l’ensemble des avis reçus. L’enquête publique est une procédure ouverte à tous les Français. Néanmoins, l’information à son sujet est réalisée dans un rayon réglementaire de 6 km autour des installations du projet.

 

Quels services de l'Etat interviennent dans l'instruction du dossier ?

Pour prendre sa décision finale, le Préfet s’appuie sur des avis techniques fournis par les services compétents pour évaluer les études réalisées, notamment la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), les ABF (les Architectes des bâtiments de France), la DDT (Direction Départementale des Territoires) ou l’ARS (L’Agence Régionale de Santé). Ces services imposent une méthodologie très règlementée pour la réalisation de l’ensemble des études. Si besoin, il peut être demandé au porteur de projet d’apporter des compléments d’information sur tel ou tel sujet, voire d’adapter certaines parties du projet, si certains enjeux sont considérés comme insuffisamment pris en compte. Voici quelques-unes des entités mobilisées lors de l’instruction d’un dossier éolien :

Direction Départementale des territoires (DDT)

Les DDT ont la charge de l’aménagement du territoire pour un développement équilibré et durable de ces derniers, tant du côté urbain que rural par le biais de différentes politiques touchant à l’urbanisme, l’aménagement et la construction, les transports ou encore l’agriculture. Ces directions sont sollicitées dans le cadre des demandes de permis de construire des porteurs de projets, comme cela est le cas en matière d’installation d’éoliennes.

Les directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL)

Les DREAL, placées sous l’autorité du Préfet de région, ont pour mission d’élaborer et de coordonner les politiques de développement, de l’aménagement durable, de transition écologique, de lutte contre le réchauffement et le changement climatique, de préservation de la biodiversité, etc. Elles sont sollicitées pour instruire les demandes d’autorisation au titre des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE), régime auquel sont soumis les projets éoliens. Elles s’occupent également d’analyser les demandes de certificats ouvrant droit à l’obligation d’achat de l’électricité.